Wine Objectives logo
le canard enchaîné

Le boom des bouteilles de stars

Avoir son vignoble et son vin n’est pas seulement une lubie d’acteur américain.

Entre Apt et Cavaillon, au pays des villages perchés, Michel Blanc n’a pas besoin de surfer sur son homonymie avec l’ancien du Splendid pour côtoyer la crème du showbiz. En surplomb de la vallée du Calavon, le domaine de cet enfant d’agriculteur jouxte les somptueux mas viticoles d’une brochette de pipoles américains. Une profusion de stars qui confèrent à ce bout de Luberon des allures de Hollywood. Voisin direct de Michel Blanc, John Malkovich règne sur le vignoble des Quelles de la Coste. Oui, oui, le héros de « Dans la peau de… » s’est glissé dans les habits de vigneron provençal. Et le rôle dure depuis 1993. Histoire d’éviter toute liaison dangereuse dans l’assemblage d’un rosé qui cartonne à l’export, l’Américain boit les conseils tarifés de Jean Natoli, expert en flacons du Sud. Avisé, il sait que la vigne supporte moins bien l’impro que les plateaux. « Je l’ai déjà rencontré, et, honnêtement, il carbure aux relations ordinaires », commente Michel Blanc. A un jet de pierre de son collègue Malkovich, Ridley Scott a, lui aussi, ses cépages en son fief des Infermières, acquis en 1992. Le réalisateur d’« Alien » et de « Blade Runner » a commencé par taquiner le raisin en amateur, avant de se professionnaliser, en 2019. Deux cuvées, Source et Chevalier, sont désormais produites en rosé et en rouge. Et le blanc « is coming soon », promet son site internet, comme s’il annonçait la nouvelle saison d’une série télé. « Tous les deux font bosser des gens d’ici et génèrent de l’activité. En vendant beaucoup à l’export, ils valorisent nos appellations, jubile Blanc. En plus, ces gars ont la fibre écolo : ils sont installés en bio, ils protègent les abeilles… Faudrait être fada pour s’en plaindre. »

IDOLES

Certains, pourtant, déplorent une annexion de leur chère Provence. Chargées de réguler le marché foncier agricole, les SAFER peinent à préserver à préserver les transmissions d’exploitations et, plus encore, à intervenir pour attribuer des terres à de jeunes vignerons. « Les stars et leurs conseillers montent des dossiers qui utilisent toutes les ficelles juridiques pour nous enjamber », admet l’un de leurs responsables. Premier rôle pour les idoles, figuration pour les autres. Un casting que Brad Pitt et son ex Angelina Jolie cautionnent depuis longtemps. En 2012, ces VRP du rosé glam ont fait main basse sur la propriété de Miraval, dans le Var vert, pour la paille de 60 millions d’euros. A duex pas de là, le père de « Star Wars », George Lucas, s’est offert le remarquable Château Margüi. Mister « What else ? » Clooney ne pouvait que rallier ce mouchoir de poche pailleté. En mai 2021, le beau George a déboursé 6 millions d’euros pour acquérir le domaine du Canadel, à Brignoles. Spécialisé dans les propriétés viticoles de prestige, Adam Dakin, du cabinet Wine Objectives, évoque des ventes d’un dynamisme exceptionnel. « Un vignoble, de bons vins, c’est culturel, ça accroît le prestige de ces personnalités, résume-t-il dans « Les Echos ». C’est un joyau de plus à leur couronne. »

La chanteuse australienne Kylie Minogue ne s’y est pas trompée, qui, en 2020, a signé un partenariat avec le Château Sainte-Roseline, aux Arcs-sur-Argens. Depuis, le côtes-de-provence siglé « Kylie » coule à flots. Mais gare : le pipole est ombrageux. Ne lui dites surtout pas qu’il commercialise un « vin de star ». « Tout le monde se fout du nom inscrit sur la bouteille » , tonne John Malkovich dans la revue « Wine Spectator ».

Faux cul en diable, Brad Pitt a longtemps refusé de vanter ses flacons dans les pubs. La viticulture est un art ! L’été dernier, pourtant, celui qui a aussi investi dans la création d’une maison de champagne rosé sur la Côte des Blancs, au Mesnil-sur-Oger, a fini par tourner un spot à la gloire de Miraval. Ill promeut le Spirit de la Rivièra d’une marque qui égaie notamment le Festival de Cannes. « En Provence, c’est Yves Rousset-Rouard, producteur des « Bronzés » et d’3Emmanuelle », qui a ouvert le bal, dans les années 80. Et franchement, le rayonnement de son domaine de la Citadelle a mis un vrai coup de projo sur la région », insiste Michel Blanc.

CHARPENTÉ

En dix ans, les exportations de rosé ont bondi de 500%. Mais le vin, lui, y gagne-t-il ? « Il faut distinguer les démarches d’image de celles qui sont plus complètes, nuance Philippe Faure-Brac, sacré meilleur sommelier du monde en 1992. Miraval, c’est la séduction immédiate taillée pour l’international. Il n’y a ni émotion ni histoire. L’approche de certains chanteurs ou comédiens français est plus subtile, plus sincère. » Implanté depuis trente ans en son domaine de l’Evêque, à Gruissan, Pierre Richard est de ceux-là. « Bons, sans cinéma ! » jure le site consacré aux flacons de corbières que le Grand Blond produit sans gaffer. « Mes vignes, j’y suis attaché autant qu’à de vraies personnes », ponctue le compère de Depardieu. « De Gérard, on ne peut pas dire qu’il n’aime pas son sujet, enchaîne Philippe Faure-Brac. Les rouges de son Château de Tigné en Anjou, lui ressemblent : ils sont rustiques et charpentés. »

INSATIABLE

Si l’insatiable Gégé peut se prévaloir de 33 millésimes d’expérience, d’autres, tel François-Xavier Demaison, s’affichent plus verts. L’humoriste, qui a structuré son dernier spectacle autour des 10 bouteilles de sa vie, possède une parcelle dans le Roussillon depuis 2018. Ses cuvées de côtes-du-roussillon Mirmanda, en rouge comme en blanc, passent pour être très précises. Natif de l’Ain, Laurent Gerra s’est octroyé quelques rangs de vignes en moulin-à-vent et en pouilly-fuissé. Plus au sud, il a cédé à l’appel du rosé et collaboré avec le Château de Sainte-Croix. Résultat : une cuvée à son nom. Pour baptiser son domaine Leos, à L’Isle-sur-la-Sorgue, Patrick Bruel a contracté les prénoms de ses deux fils. Outre une huile d’olive haut-de-gamme, le chanteur-entrepreneur verse désormais dans l’or rosé, sans négliger les « plus produits ». En témoignent les « avantages réservés au club des amis » : offres privées, dîners en présence de grands chefs, fêtes des vendanges…

Aux confins du Gers et du Lot-et-Garonne, sur les côteaux d’Astaffort, où ils ont grandi, les frères Cabrel trinquent plus sobrement à la viticulture. D’une discrétion de violette, Francis et son frère, Philippe, ne capitalisent pas sur la notoriété du premier. Nul panneau ne signale le domaine du Boiron, acheté en 1997. On n’est pas là pour faire des selfies avec les fans du troubadour gascon !

Les Dossiers du Canard Enchaîné - 100 Histoires de vin - N°168 Juillet 2023

A découvrir également

Côtes de Provence

Château de Berne poursuit son développement

Luberon

Reprise du Château Constantin par la famille Bagnis

Duché d'Uzès

Le domaine Perdrix Lasouche change de mains